Question

Un salarié demande à bénéficier d'un congé de solidarité familiale. Puis-je refuser ?

La réponse de la rédaction :

Tout salarié, quelle que soit son ancienneté dans l’entreprise, peut bénéficier d’un congé de solidarité familiale. Ce congé permet d’assister un proche souffrant d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou en phase avancée (ou terminale) d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause.
Par « proche », le code du travail entend un ascendant ou un descendant, un frère ou une sœur, une personne vivant au même domicile, mais également une personne ayant désigné le salarié comme personne de confiance.

Ce congé est un droit : l’employeur ne peut ni le reporter, ni le refuser. En revanche, le salarié doit prévenir l’employeur au moins 15 jours avant le début du congé et joindre un certificat médical établi par le médecin traitant de la personne qu’il souhaite assister.

Le congé de solidarité familiale a une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois, soit six mois maximum. Il peut, si l’employeur est d’accord, être fractionné et/ou être transformé en période d’activité à temps partiel.

En savoir plus sur les congés « familiaux »

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu