Actu

Accompagner de jeunes entrepreneurs : « un enrichissement personnel »

L’association Initiative France organise du 20 au 24 novembre la 10ème fête des parrains et marraines d’entrepreneurs. Encadrer et conseiller des jeunes entrepreneurs, c’est le choix qu’à fait Christophe Lafort en intégrant le réseau d’Initiative 95. Ce jeune parrain nous livre ses premières impressions.

Accompagner de jeunes entrepreneurs : « un enrichissement personnel »

Le réseau de financement et d’accompagnement des créateurs d’entreprise Initiative France célèbre, du 20 au 24 novembre 2017, les dirigeants qui parrainent de jeunes entrepreneurs. Cette 10ème édition de la fête des parrains et marraines d’entrepreneurs sera aussi l’occasion pour l’association d’agrandir ses troupes. Aujourd’hui, en Île-de-France, 344 chefs d’entreprises ont accompagné 1986 entrepreneurs favorisant 5225 créations d’emploi dans la région. Christophe Lafort, qui a créé sa première société en 1991, est l’un des parrains d’Initiative Île-de-France. Il parraine, entre autres, Chahinnez Tahiri qui a ouvert avec son mari la chocolaterie « La malle à cacao » en décembre 2016, dans le Val d’Oise. Le parrain et sa filleule font le point sur leur collaboration.

Guide de création d'une entreprise individuelle
Passez à l’action :

Guide de création d'une entreprise individuelle

Une vision externe à l’entreprise

« Lorsque j’ai appris qu’Initiative France offrait la possibilité d’être accompagné par un parrain, je n’y croyais pas vraiment. Pour moi, le plus dur était fait, nous avions lancé notre affaire, confie Chahinnez Tahiri. C’est mon mari qui m’a convaincue, il estimait que c’était une bonne chose d’avoir un avis extérieur. » Cette jeune mère de 4 enfants a vécu 7 ans au Royaume-Uni avant de revenir en France en tant que courtier en assurance. Après avoir arrêté de travailler à la naissance de son premier enfant, elle se retrouve confrontée à des refus de la part de nombreux employeurs. En cause : ses « enfants en bas âge ». Elle décide alors de monter sa propre entreprise et crée, avec son mari, une chocolaterie, domaine dans lequel ce dernier est expert. Ils sont désormais à la tête d’un commerce qui emploie un salarié et Chahinnez Tahiri reconnaît volontiers que l’aide de Christophe Lafort lui est précieuse : « Être en contact avec quelqu’un qui sait comment ça marche nous fait beaucoup de bien moralement » témoigne-t-elle.

« La solitude est une chose terrible »

Un sentiment que Christophe Lafort connaît bien puisqu’il a été confronté à la solitude de l’entrepreneur dès ses débuts. «C’est une chose terrible, livre-t-il. En tant que jeune entrepreneur, on peut se sentir très seul. Après avoir dirigé Avenir Bureautic, une société spécialisée dans le matériel bureautique, pendant 14 ans, l’entrepreneur revend sa TPE de 8 salariés en 2005. « C’était la crise de la quarantaine, plaisante-t-il. J’en avais assez de tout gérer. » En 2006, il revient cependant à sa vocation d’origine et crée CLC France, toujours dans le même secteur. Aujourd’hui, il consacre une partie de son temps à épauler de jeunes entrepreneurs. Une façon pour lui de satisfaire sa curiosité naturelle : « J’apprends des choses, justifie-t-il. Je le considère comme un enrichissement personnel. » Ce qui l’intéresse c’est apporter une vision extérieure et des idées à ces jeunes chefs d’entreprise.

Prioriser l’essentiel

Les conseils de Christophe Lafort se révèlent souvent utiles pour les gérants de la Malle à Cacao. « Par exemple, j’avais oublié qu’il était obligatoire, en 2018, de passer à des caisses homologuées et il me l’a rappelé, avoue Chahinnez Tahiri. Ce sont des choses que l’on sait, mais l’on est trop accaparé par son activité et on remet certaines choses à plus tard alors qu’elles sont importantes. Notre parrain nous aide à prioriser l’essentiel. »

Christophe Lafort le reconnaît, « [ses] conseils sont très terre à terre. Ils peuvent porter sur l’affichage des prix ou sur le développement commercial. J’ai par exemple conseillé à Mme Tahiri de conserver toujours dans son sac à main une petite boîte de chocolats avec des cartes professionnelles. » Le chef d’entreprise fait avant tout très attention à ne pas trop s’immiscer dans les affaires de sa filleule. « Lors de nos réunions à Initiative 95, on nous rappelle que nous ne sommes pas les dirigeants de la société que l’on parraine. C’est à l’entrepreneur de prendre les décisions, nous sommes là uniquement pour lui porter conseil. C’est à lui d’appliquer nos recommandations ou non. Mais confronter nos idées est aussi l’occasion de moderniser notre vision de l’entrepreneuriat » s’amuse-t-il.

Un encouragement dans les moments difficiles

Après cette expérience, Chahinnez Tahiri, s’imagine, pourquoi pas, dans le rôle de marraine d’ici quelques années. « Dans une moindre mesure, j’accompagne déjà un peu certains de mes amis qui viennent de lancer leur affaire. Je les aide à trouver les bonnes personnes au niveau administratif et les redirige parfois vers Initiative France. Si nous n’avions pas connu ce réseau, nous aurions mis beaucoup plus de temps à créer notre affaire, estime-t-elle. » Mais pour le moment, la dirigeante profite de l’accompagnement dont elle bénéficie. « Je pense que notre parrainage prendra fin au moment où nous nous rendrons compte que nous pouvons voler de nos propres ailes, envisage-t-elle. Pour le moment, le soutien de notre parrain nous encourage, surtout pour ces 2-3 premières années qui sont les plus compliquées. »

Initiative Île-de-France organisera une quinzaine d’événements (réunions d’information, petits-déjeuners, speed dating, expositions, remises de prix…) du 20 au 24 novembre 2017.

 

Lire aussi : Initiative France et BNP Paribas renouvellent leur engagement pour créer une « Start-up Nation »

 

Melissa Carles

Laisser un commentaire

Suivant