Actu

Site internet : les stratégies à suivre pour être visible sur le Web

Difficile de s’y retrouver parmi toutes les offres proposées sur le web pour créer un site internet ou une boutique en ligne. La journée « Entrepreneurs, le digital est votre meilleur allié » organisée par le salon SME fait le point sur les critères et services pour choisir un éditeur de site.

Site internet : les stratégies à suivre pour être visible sur le Web
Le site internet peut être réalisé par le chef d’entreprise via des outils en ligne comme Wordpress ou via un logiciel de création type Jimdo, Wix ou Weebly. © Adobe Stock

« Il faut arrêter l’amateurisme, les solutions gratuites qui imposent de la publicité pour se lancer vraiment dans le business et faire de la pub pour soi-même et non pour les autres », conseille d’emblée Mickaël Vigreux, responsable commercial de Réussir en .fr, un dispositif de l’Afnic, – association française qui gère les noms de domaine en .fr –, expert web de l’émission Connecte ta boîte et auteur de Tout le monde peut trouver des clients avec Internet. « Un site internet est votre signature sur le Web, et donc la première impression que l’on aura de votre entreprise. Il en va de sa crédibilité », insiste l’expert. L’entreprise doit donc se doter d’une identité de « professionnel » sur la toile.

Créer et gérer son site internet
Passez à l’action :

Créer et gérer son site internet

Établir sa stratégie digitale

En amont de sa création, il est indispensable de réfléchir à la stratégie de son site internet et de déterminer à quoi il va servir. « Ce serait dommage d’investir autant de temps et d’argent dans un site pour que ce ne soit qu’un simple site vitrine. Cela ne sert à rien. Un site web doit être une boutique, un magasin, un site qui convertit. »

« Un site web doit être une boutique, un magasin, un site qui convertit. »

Pour cela, Mickaël Vigreux conseille de définir ses clients types afin d’identifier des mots-clés, de se fixer un objectif de conversion – faire du chiffre d’affaires, vendre en ligne directement, prendre des réservations, recevoir des demandes de devis, constituer une base clients…–, d’analyser la concurrence physique et en ligne, de rassembler tous les moyens possibles – en termes humain, financier, temporel…–, d’établir un budget et de définir le pourquoi, soit le message vendu via les valeurs qui font l’entreprise.

Lire aussi Cybersécurité : 10 pistes sénatoriales pour protéger les TPE/PME

Se créer une signature numérique

Deuxième étape, enregistrer son adresse internet dès le début du projet. « Le nom de domaine équivaut à la signature numérique de l’entreprise. C’est le premier élément avec lequel l’entreprise va communiquer avec ses clients, ses prospects, ses partenaires, ses investisseurs… C’est l’espace de l’entreprise », explique Mickaël Vigreux. C’est là-dessus que Google va d’ailleurs venir référencer l’entreprise. Pour l’enregistrer, le mieux est d’aller voir un bureau d’enregistrement ou un hébergeur, un opérateur télécom, un cabinet d’avocats ou encore une agence de communication. Le site internet peut ensuite être réalisé par le chef d’entreprise via des outils en ligne comme WordPress ou via un logiciel de création type Jimdo, Wix ou Weebly. « Il est impératif de se former à l’outil via son CPF ou au référencement naturel pour faire les bons choix et penser sa stratégie de référencement. »

« Le nom de domaine équivaut à la signature numérique de l’entreprise. C’est le premier élément avec lequel l’entreprise va communiquer avec ses clients, ses prospects, ses partenaires, ses investisseurs… C’est l’espace de l’entreprise. »

Le site financé par l’État « Tousenlignemaintenant.fr » permet d’ailleurs de bénéficier d’une formation gratuite. Il s’adresse à toutes les entreprises qui ont plus de deux ans d’ancienneté et qui réalisent plus de 20 000€ de chiffre d’affaires par an. Le chef d’entreprise doit enfin s’assurer de cocher toute la check-list pour réussir son site : respecter la loi – RGPD, mentions légales –, installer un certificat SSL pour sécuriser son site en htpps, – « cela sécurise les visiteurs du site et améliore le référencement » – mettre à jour automatiquement le site, s’assurer d’avoir un service support, être capable de modifier soi-même le texte des pages, d’en créer ou d’en supprimer et avoir tous les services enregistrés au nom de l’entreprise.

Lire aussi Atelier RGPD : par où les TPE doivent-elles commencer ? (1/2)

Créer du contenu

« Quand l’entreprise poste sur un réseau, Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram, la durée de vie des posts est très courte, de quelques minutes à quelques heures. En revanche quand l’entreprise investit du contenu sur son site ou son blog, le contenu sera visible pendant plusieurs années et contribue à son référencement ». Le site internet est en cela complémentaire des réseaux sociaux. Le chef d’entreprise se doit d’investir dans l’outil marketing le plus rentable qui est le référencement naturel. Il faut savoir que « les Français commencent souvent leur recherche sur le Web par une recherche sur un moteur de recherche. Il faut donc se rendre visible sur ces moteurs de recherche », insiste Mickaël Vigreux.

« 40 % des clics sont captés par le premier site qui apparaît dans la page de résultats. »

Les moteurs de recherche sont plus des moteurs de solution : les utilisateurs attendent des réponses et des solutions. Il faut savoir que 40 % des clics sont captés par le premier site qui apparaît dans la page de résultats. « Pour être bien placé sur les moteurs de recherche, il faut donc apporter des solutions. » L’entreprise doit s’interroger sur les problèmes que peuvent rencontrer leurs clients. Sur une page, le site doit présenter une expression ou mot-clé, un sujet, un plan, un appel à l’action simple tel que « commander le produit, réserver une table ou demander un devis ». « Le secret, ajouter une dose de bonne humeur » complète Mickaël Vigreux.

Via un blog ou un site internet, l’entreprise doit offrir du contenu pertinent, régulier, original et de qualité –texte, photos, vidéos– qui résout les problèmes des clients, répond à leurs questions et montre l’expertise de l’entreprise. Il faut également de la technique – vitesse de chargement, un site « responsive » soit adapté aux mobiles –, un site internet optimisé – balises, mots-clés, URL…– et des liens entrants nombreux et de qualité.

Lire aussi Réseaux sociaux : les tips pour booster son activité à moindres frais

Aller chercher les clients

L’entreprise doit être au top sur le bon réseau social, celui où sont ses clients et non celui préféré par le chef d’entreprise. Le profil doit être renseigné et optimisé à 100 %. En effet, « Mieux vaut être présent sur un seul réseau social et bien l’animer plutôt que d’être présent partout et ne rien faire », avertit Mickaël Vigreux. Objectif, amener le trafic vers son site internet et non l’inverse, intéresser de nouveaux prospects et partager les contenus exclusifs rédigés sur le blog de l’entreprise.

« Mieux vaut être présent sur un seul réseau social et bien l’animer plutôt que d’être présent partout et ne rien faire. »

Enfin pour se faire connaître au niveau local, l’entreprise a intérêt à s’inscrire sur les annuaires en lien avec le secteur et le lieu d’activité de l’entreprise et sur les plateformes type Googlemybusiness, Amazon, Rakuten… en complétant bien toutes les coordonnées, le lien vers le site internet de l’entreprise, les horaires et un court résumé de présentation. « C’est particulièrement utile pour trouver des clients et se faire un réseau. Même s’il ne s’agit pas de leur confier 100 % du business de l’entreprise », prévient Mickaël Vigreux.

L’entreprise doit notamment veiller à la dépendance (commission de vente, frais de livraison, déréférencement du jour au lendemain…). Et « s’interroger sur le fait de savoir à qui appartient le client qui a acheté sur la plateforme : à l’entreprise ou à la plateforme en question ? », interroge Mickaël Vigreux. La bonne pratique étant finalement d’acquérir des clients via des plateformes et de les fidéliser dès le premier achat avec son site internet, son blog ou des actions de promotion.

Lire aussi Près de la moitié des TPE utilise les réseaux sociaux

Charlotte De Saintignon

Laisser un commentaire

Suivant