Interview

Selma Delmot, Bookaaz: "Il y a forcément le livre que l'on recherche autour de soi"

Selma Delmot a créé Bookaaz en janvier dernier. Application dédiée à la vente et à l’achat de livres d’occasion, elle regroupe désormais 4000 utilisateurs. La fondatrice de Bookaaz nous explique la genèse de ce projet.

Selma Delmot, Bookaaz:

Pourquoi avez-vous créé Bookaaz ?

J’ai une agence de communication et marketing depuis 15 ans. Pour des raisons familiales, j’habitais au Maroc et lorsque nous sommes rentrés en France, je me suis rendu compte en préparant le déménagement qu’il était toujours difficile de savoir quoi faire des livres : on ne veut pas les jeter, mais il n’est pas facile de trouver les endroits où les donner ou les vendre. Quand je suis rentrée à Paris, et que j’ai utilisé Uber, je me suis dit que ce serait intéressant de pouvoir géolocaliser les livres dont nos voisins veulent se débarrasser. Il y a forcément le livre que l’on recherche autour de soi.

Comment avez-vous procédé pour tester votre concept ?

Comme je travaillais déjà depuis 15 ans dans le marketing, cela m’a permis de bien tester le marché avant de me lancer : en France, 800 millions de livres d’occasion se vendent chaque année, ce qui représente 20 % du marché global du livre. Je savais donc que le marché était très important. Lors du salon du livre, nous avons pris un stand avant même d’avoir créé l’application. Bookaaz a tout de suite suscité un grand enthousiasme et nous avons été invités à la soirée du salon du livre par la ministre de la culture de l’époque, Audrey Azoulay.

Comment l’application Bookaaz fonctionne-t-elle concrètement ?

Aujourd’hui nous avons 21 000 livres référencés. Plusieurs modes de navigation coexistent : soit vous cherchez un ouvrage précis et l’application vous trouve le livre le plus près de chez vous ; soit vous consultez les bibliothèques en ligne de membres autour de chez vous pour trouver votre bonheur. Nous avons également une rubrique « Flânerie », qui est un blog littéraire.

Côté vendeur, c’est très simple : il suffit de scanner le code barre du livre pour que toutes les caractéristiques soient enregistrées. Le vendeur n’a plus qu’à indiquer l’état du livre et l’application calcule automatiquement le prix, qui reste modifiable par le vendeur. 70 % des transactions se font en remise en mains propres mais nous avons conclu des partenariats avec Relais colis et Chronopost pour offrir la possibilité à nos utilisateurs de vendre et/ou d’acheter à quelqu’un qui est plus loin.

Quelle est la philosophie de Bookaaz ?

Bookaaz s’inscrit entre tradition d’une part, puisque l’application favorise le livre papier et le lien humain, et d’autre part la modernité puisqu’il s’agit d’un outil digital. Nous souhaitons que Bookaaz soit un outil de rencontres entre les personnes d’un même quartier, et nous envisageons donc d’organiser des évènements dans des librairies, des cafés… Nous souhaitons lancer également une activité B to B notamment auprès de comités d’entreprises et d’écoles, afin de créer du lien entre collègues et entre parents d’élèves.

Avez-vous d’autres idées de développement ?

 Si le concept continue de fonctionner, nous lancerons Bookaaz à l’international d’ici 3 ans. Certainement dans un pays du Benelux, car ils sont assez friands du marché de la seconde main.

Propos recueillis par Sophie Roy

Evaluer ce contenu :

Selma Delmot, Bookaaz: « Il y a forcément le livre que l’on recherche autour de soi »
5 (100%) 1 vote

Commentaires :

Laisser un commentaire