Actu

Lancement des Assises du commerce : une vision stratégique pour relever les défis de demain

Emploi, fiscalité, loyers, baux commerciaux, gestion des stocks, relations fournisseurs, ouverture le dimanche... Ces sujets épineux, parfois source de conflits entre les différents acteurs du commerce seront abordés lors des Assises du Commerce qui débutent à Bercy le 1er décembre 2021.

Lancement des Assises du commerce : une vision stratégique pour relever les défis de demain
4 ateliers, sur 3 semaines, pour tirer les conséquences des révolutions technologiques en cours et projeter le commerce français dans le 21e siècle. © Adobe Stock

Mercredi 1er décembre débutent les Assises du commerce pour trois semaines. Un événement déterminant « pour tirer les conséquences des révolutions technologiques en cours et projeter le commerce français dans le 21e siècle » selon Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance. Avec Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, Bruno Le Maire nous a présenté, en avant première, les enjeux et objectifs de cet événement réunissant l’ensemble des acteurs du commerce français.

Fonds de commerce 2021
Passez à l’action :

Fonds de commerce 2021

Les enjeux et objectifs des Assises du commerce

Les Assises du commerce visent à rassembler l’ensemble des acteurs du commerce, petits ou grands, de centre-ville ou de périphérie, physiques comme numériques, pour construire l’avenir du commerce de demain et affronter les grands défis du secteur.

« Le commerce, c’est un pilier fondamental de notre identité et de notre culture ; de nos villages, de nos villes », selon Alain Griset. Le commerce de détail représente ainsi 500 000 entreprises, 2 millions d’emplois, pour un chiffre d’affaires annuel de 450 milliards d’euros, selon les chiffres de l’Insee pour décembre 2020. Il regroupe trois secteurs : alimentaire, équipement de la maison et équipement de la personne, avec des entreprises de toutes les tailles, de l’entrepreneur individuel au premier employeur privé du pays.

Lire aussi Assises du commerce : la consultation citoyenne « Nos commerces de demain » est ouverte

Le commerce, un secteur en profonde mutation depuis des décennies

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les évolutions de la société se retrouvent aussi dans les évolutions du commerce. De la petite boutique à la grande surface, le commerce connaît une transformation profonde ces dernières années, en raison des évolutions techniques et comportementales.

Depuis plus de 10 ans, les vacances commerciales se multiplient dans les grandes villes (à Paris, dans le quartier Saint-Michel par exemple), les centres-villes de province sont dévitalisés en raison d’une concurrence forte avec la périphérie et le commerce en ligne. Les comportements changent et le secteur du commerce doit s’adapter.

En parallèle, la fermeture de nombreux magasins pendant la crise du Covid-19 a eu un impact culturel et sociétal important. Cette situation exceptionnelle a mis en lumière le rôle essentiel des commerces dans la continuité des échanges des biens et services mais aussi dans le lien social.

Une réflexion réelle sur l’avenir du commerce est donc nécessaire pour permettre aux acteurs de se positionner sur tel ou tel domaine (commerce en ligne, périphérique) et d’assurer leur subsistance, voire leur développement.

Lire aussi Coûts fixes : la nouvelle aide « sur-mesure » est opérationnelle

Et l’impact de la crise sanitaire ?

Le commerce s’est révélé être un secteur très actif pendant crise sanitaire du Covid-19 avec de nombreuses initiatives des entreprises pour maintenir leur activité. Le soutien du gouvernement aux commerces a également permis d’éviter l’effondrement du commerce et les faillites des entreprises.

En revanche, la crise a accéléré un certain nombre de comportements avec l’explosion du e-commerce qui est passé de 9 à 14 % des transactions entre 2019 et 2020, y compris dans le commerce de détail.

Une méthode innovante : le dialogue

« Se saisir du commerce est nouveau mais indispensable », selon Bruno Le Maire. La méthode elle-même est nouvelle : le dialogue. Faire dialoguer grande distribution (hypermarché, zones commerciales), petits commerces ruraux ou de centre-ville et e-commerce (géants du numérique) est inédit. Jusqu’ici les acteurs de commerce ne se parlaient pas, car leurs intérêts sont trop divergents. En est l’exemple, la difficulté à fixer la date des soldes. C’est une première en France. Il en ressort qu’ils sont très contents d’échanger ensemble pour faire face aux évolutions comportementales et technologiques du secteur.

L’objectif des Assises du commerce est d’aborder tous les sujets sans tabou, d’analyser les positions de chaque acteur mêmes différentes pour voir si une convergence est possible vers un avenir commun. Se réuniront ainsi chefs d’entreprises, sociologues, économistes, géographes, juristes, associations de consommateurs, élus locaux et parlementaires. Les ministres précisent que les associations de consommateurs vont y participer, de même que les géants du e-commerce (Google, Apple, Facebook et Amazon – GAFA).

Les organisations professionnelles seront également présentes, le Secrétaire général du Syndicat des Indépendants et des TPE (SDI), Marc Sanchez, a ainsi déclaré : « Avec la participation du SDI, les Assises du commerce seront l’occasion de mettre la lumière sur l’ensemble des activités artisanales et commerciales de proximité, et pas seulement de faire le point avec les grandes franchises présentes. […] Au-delà des mesures d’urgence à mettre en œuvre et des mesures à moyen terme à définir pour (re)dynamiser nos villes et leur centre, nous devons collectivement tracer des perspectives de long terme pour favoriser le dynamisme de nos TPE […]. »

Lire aussi Entreprendre au féminin : les clés pour réussir

Les grands défis du secteur

Une consultation citoyenne en ligne a été lancée jusqu’au 19 novembre, afin de permettre aux internautes, qu’ils soient consommateurs ou commerçants de réagir et de partager leurs propositions à la problématique « Comment inventer ensemble les commerces de demain ? ». Cette consultation citoyenne a rassemblé plus de 35 000 participants, pour 207 000 votes sur 1 500 propositions.

Les résultats de cette consultation seront intégrés aux réflexions des Assises du commerce et permettront de définir collectivement une vision stratégique afin de répondre aux principaux défis du secteur portés par le e-commerce et la transition écologique.

Lire aussi [Livre blanc] Loi Climat : ce que risquent les entreprises

« Reconquérir le commerce dans les territoires »

L’une des priorités du gouvernement est de préserver et développer le commerce dans les territoires et notamment de rendre les commerces accessibles à tous. Dans les communes rurales mais également dans les villes de moyenne taille, les enjeux d’accessibilité sont vitaux pour les commerces : urbanisme, transport, accessibilité des villes, aspects fiscaux.

Des solutions seront identifiées pour soutenir le commerce de proximité, répondre aux besoins d’un développement logistique efficient et moderniser les grands commerces sans artificialisation des sols.

« De nouveaux modes de consommation et nouveaux modèles économiques »

L’évolution des comportements des consommateurs, la globalisation du commerce avec le numérique et la transition écologique ont un impact considérable sur le commerce. Les commerces doivent s’adapter à ces nouveaux modes de consommation en changeant leur modèle économique.

Seront notamment abordés les enjeux de la diversification des attentes des consommateurs, l’essor des solutions numériques (pas seulement pour les petits commerçants), la progression des préoccupations environnementales et sociétales et la compétition sur les prix et les promotions.

Lire aussi [Big 2021] Le futur de la vente en ligne et la logistique de demain

« Équité commerciale et compétitivité »

La question de l’équité de traitement, notamment fiscale, entre acteurs nationaux ou internationaux du commerce est cruciale. Le gouvernement souhaite déterminer la fiscalité la plus adaptée pour les acteurs français, comme cela a été fait avec la taxe GAFA.

Il s’agira de définir des conditions équitables de concurrence et d’identifier des solutions de financement pour accompagner la transition numérique et environnementale des entreprises.

« Emploi et compétences dans le commerce »

L’emploi et la formation dans le commerce sont un paradoxe : alors que certains secteurs manquent de main d’œuvre et de formation, dans d’autres, l’automatisation des tâches (caisses de la grande distribution, par exemple) risquent de détruire des emplois.

L’enjeu est de répondre aux risques de ces destructions d’emplois liés aux changements de modèles économiques et d’identifier les pistes de formation des salariés du commerce comme des indépendants.

Lire aussi Recrutement : « les PME ont beaucoup d’avenir par rapport aux grands groupes »

Des propositions pour début 2022, et des mesures concrètes pour plus tard…

Un rapport avec des propositions sera remis au président de la République fin décembre 2021 ou début 2022, nous confirment les ministres. Certaines « sous-mesures », selon les mots de Bruno Le Maire, pourront être adoptées localement par les territoires. Les mesures réglementaires pourront également être mises en place avant les élections présidentielles. En revanche, ce ne sera pas le cas des mesures législatives, comme les mesures fiscales.

Lire aussi Plan des indépendants : les principales mesures du projet de loi

Un enthousiasme inédit

De quoi rendre inutile l’événement ? « À ce compte-là, on ne fait plus rien avant les élections », a ironisé Bruno Le Maire qui insiste sur le fait que cet événement suscite « un vrai enthousiasme des acteurs du commerce ». En témoigne, « le nombre d’inscrits bien supérieur à ce qui avait été imaginé », a répondu Alain Griset. « Il y a [même] beaucoup plus d’inscrits [aux ateliers] que de place », a enchéri le ministre de l’Économie. Ces ateliers étalés sur trois semaines réuniront une centaine de commerçants autour de deux ou trois animateurs pour animer les débats et susciter les propositions.

Les fédérations de commerce se plaignent de l’organisation des assises en décembre car c’est une période chargée pour les entreprises. « Mais le nombre d’inscrit est bien supérieur à ce qui avait été imaginé », a répété Alain Griset. C’est « le bon moment pour poser les choses, faire un diagnostics », a conclu Bruno Le Maire sur ce point.

Sandy Allebe

Laisser un commentaire

Suivant