Actu

Les managers de TPE jugés plus performants que ceux des grands groupes

Sans prise de décision, une entreprise ne peut pas fonctionner. L’Ifop et MPI Executive se sont intéressés à la capacité décisionnaire des managers… vue par les salariés issus de TPE, de grands groupes et de tous secteurs.

Les managers de TPE jugés plus performants que ceux des grands groupes

37 % des salariés de TPE estiment que leur supérieur sait « tout à fait » prendre des décisions contre 25 % dans les grandes sociétés. Une différence mise en lumière dans le 1er baromètre Ifop-MPI Executive*, publié ce 22 janvier 2018 et qui tente de répondre à cette question : « les managers, savent-ils décider ? » Selon Olivier Grapin, co-dirigeant de cette société spécialiste du management de transition, « la taille de l’entreprise joue sur l’agilité de l’individu, sur sa capacité à être décideur. Les grands groupes présentent une organisation plus structurée, la prudence des salariés envers leur supérieur est alors plus accrue. Qui plus est, les managers ne sont pas choisis pour leurs capacités à prendre des décisions. » Ce scepticisme du personnel décroît, il est vrai, avec la taille de la société. Plus l’entreprise est petite, plus les décideurs sont considérés comme performants. 44 % des salariés de grands groupes pensent que la capacité de trancher n’est pas un critère dans le choix de leur manager, contre 31 % des salariés des TPE. « Quand on évalue le rôle du manager, le rôle décisionnaire, que l’on pensait au cœur du poste, n’est pas forcément de mise. La réalité est beaucoup plus complexe que cela », estime Olivier Grapin. Et pourtant, les entreprises qui sollicitent ses services sont souvent confrontées au même problème : un manque de prise de décision.

Le Guide du Manager
Passez à l’action :

Le Guide du Manager

Les managers de « terrain » jugés plus fiables

L’enquête révèle aussi que les salariés du BTP (41 %) et du secteur de l’industrie (37 %) sont ceux qui font le plus confiance à leur supérieur pour prendre des décisions. Rien de plus évident pour le directeur associé qui explique : « pour ces 2 secteurs, on est sur du terrain opérationnel ou des lignes de production. On doit donc avoir confiance en son manager. Ce sont des domaines où la décision est au cœur des métiers, ce qui n’est pas le cas, par exemple, de l’administration. » La capacité décisionnaire des managers du service public ne convainc, en effet, que 25 % des salariés.

Une génération Y plus tolérante

L’opinion diverge aussi en fonction de l’âge du salarié. Les générations Y et Z sont moins critiques que leurs aînées envers leur hiérarchie. Par exemple, 71 % des 18-25 ans se disent motivés par leur manager contre 56 % des plus de 50 ans. Aussi, pour 84 % des jeunes, leur n + 1 prend des décisions courageuses contre 61 % pour les plus âgés. « La génération Y voit l’entreprise de manière plus horizontale et a un esprit critique plus développé. Elle pense au-delà des lignes et est donc bienveillante avec ses supérieurs. Les personnes de plus de 50 ans sont toujours dans cette conception hiérarchique de l’entreprise et sont donc plus exigeantes dans leurs rapports avec leurs managers. »

Mais qu’est-ce qu’attendent donc les salariés de leur supérieur ? « Être un bon coach » répondent 39 % des sondés. 22% plébiscitent « un bon gestionnaire » et 17% « un bon superviseur ». Pour les salariés, l’humain prime donc sur la gouvernance.

*Enquête réalisée du 9 au 13 octobre 2017, auprès de 1 0004 personnes représentatives de la population française.

 

Melissa Carles 

Laisser un commentaire

Suivant