fiche

E-learning et autres formations ouvertes et à distance

La différence essentielle entre une formation ouverte ou à distance (FOAD) et une formation classique, c'est que la première n'est pas exécutée nécessairement sous le contrôle d'un formateur, en mode "présentiel". Le "e-learning" est l'une des modalités de FOAD qui regroupe toutes les actions de formation faisant appel aux technologies de l'information et de la communication.

E-learning et autres formations ouvertes et à distance

Les FOAD se distinguent des formations classiques dites « formations présentielles »

Les FOAD répondent à une définition bien précise

Une action de formation professionnelle peut s’effectuer en tout ou partie à distance, le cas échéant, en dehors de la présence des personnes chargées de l’encadrement. On parle alors de « formation ouverte et/ou à distance ». C’est un dispositif de formation qui associe la mise à disposition de moyens de formation et le recours à un formateur, ce recours ne s’effectuant pas nécessairement sur le mode présentiel.

Une « FOAD » est un dispositif souple de formation comportant des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Entrent dans le cadre juridique de ces formations, les formations par correspondance, les formations en ligne et les formations mixtes associant formation présentielle et accompagnement à distance. Les cours par correspondance restent aujourd’hui un système encore utilisé avec, par exemple, le Cned.

Le « e-learning » est l’une des formes des « FOAD »

On désigne usuellement sous le terme de « e-learning » toute action de formation faisant appel aux technologies de l’information et de la communication (internet, visioconférence, visioformation, wiki, chat, blog…). Certains experts donnent une définition « restrictive » du e-learning et désignent par ce terme une formation faisant uniquement appel à internet.

Les possibilités de mise en place du e-learning sont multiples ; c’est à l’entreprise d’adopter la formule qui lui convient. Concrètement, le e-learning recouvre quatre grands modes d’apprentissage :

  • l’autoformation « en solitaire » : l’apprenant dispose d’un accès à des contenus et peut se former quand il le souhaite et au rythme qui lui convient ;
  • la formation tutorée à distance : l’apprenant est ici encadré à distance par un tuteur. Ce tutorat peut être synchrone (l’encadrement intervient au moment de la formation) ou asynchrone ;
  • les classes virtuelles : le formateur pilote et anime à distance une ou plusieurs classes. Les participants peuvent accéder aux contenus, partager des documents et effectuer du travail en groupe via internet. Chat, forum, voix ou vidéo peuvent favoriser l’interactivité ;
  • le « blended learning » : il s’agit de dispositifs mixtes qui combinent formation en présentiel et autoformation à distance.

Venus du monde universitaire, les Mooc « massive open online courses » (cours en ligne massifs et ouverts) ont fait leur entrée dans les entreprises. Cet outil permet de se former gratuitement en ligne et d’interagir avec d’autres. Le Mooc repose sur une plate-forme internet. Ceux qui s’y connectent peuvent y trouver des cours sous forme de vidéos, de powerpoint, de cours rédigés, ainsi que des exercices et des espaces d’échanges interactifs. Autre dispositif qui se développe : les Cooc « Cooperative open online courses » appelés également Mooc d’entreprise qui visent des publics internes ou externes à l’entreprise et les Spoc « small private online courses » destinés à des publics internes et ciblés.

Certains principes doivent être respectés pour réussir la mise en oeuvre d’un dispositif e-learning

L’e-learning comporte de multiples dimensions : à la fois pédagogiques, organisationnelles, financières, informatiques et culturelles. Ainsi, certains principes de base doivent être respectés pour réussir la mise en oeuvre d’un dispositif e-learning :

  • le fonctionnement technique doit être parfait : il faut s’assurer de la fiabilité de l’ensemble de l’équipement informatique (réseaux, logiciels, puissance des ordinateurs…) ;
  • éviter la mise en place de dispositifs complexes et coûteux. A l’inverse un dispositif trop simple, sans interactivité et sans effort de graphisme ne sera pas utilisé par l’apprenant ;
  • prévoir un dispositif d’accompagnement du changement dans l’entreprise pour favoriser l’implantation du e-learning (aide à la maîtrise des technologies, plan de communication) ;
  • mobiliser le management : l’implication de la hiérarchie est essentielle.

Les FOAD doivent répondre à certaines conditions

Le programme de formation doit contenir des mentions précises

En cas de formations ouvertes ou à distance (FOAD), le programme de formation doit mentionner :

  • la nature des travaux demandés au stagiaire et le temps estimé pour les réaliser ;
  • les modalités de suivi et d’évaluation spécifiques aux séquences de FOAD ;
  • les moyens d’organisation, d’accompagnement ou d’assistance, pédagogique et technique, mis à disposition du stagiaire.

Selon le code du travail, ces moyens comprennent notamment :

  • les compétences et qualifications des personnes chargées d’assister le bénéficiaire de la formation ;
  • les modalités techniques selon lesquelles le stagiaire est accompagné ou assisté, les périodes et les lieux mis à sa disposition pour s’entretenir avec les personnes chargées de l’assister ou les moyens dont il dispose pour contacter ces personnes ;

Toute action de formation entrant dans le champ de la formation professionnelle suppose un encadrement pédagogique. Dans le cadre des FOAD, le formé doit être encadré par un formateur tuteur qui peut être à distance. Ce tutorat peut être synchrone (l’encadrement intervient au moment de la formation) ou asynchrone.

  • les délais dans lesquels les personnes en charge de son suivi sont tenues de l’assister en vue du bon déroulement de l’action, lorsque cette aide n’est pas apportée de manière immédiate.

L’organisme de formation doit mettre en place un système de suivi de la formation

L’organisme de formation doit mettre en place un système de suivi de l’action de formation afin de lever toute incertitude liée à la réalité et à la durée de la formation suivie par les stagiaires. Il doit également pouvoir contrôler l’assiduité des stagiaires. Pour cela, il n’y a pas d’obligation de regroupement des stagiaires dès lors qu’il existe d’autres formes de suivi, d’encadrement et de contrôle de l’assiduité.

Le code du travail prévoit expressément que « l’assiduité du stagiaire contribue à justifier de l’exécution de la formation ». Pour établir l’assiduité d’un stagiaire à des séquences de formation ouvertes ou à distance, sont pris en compte les justificatifs permettant d’attester de la réalisation des travaux exigés.

En ce qui concerne les cours par correspondance, un des moyens de contrôle de l’assiduité des stagiaires reste l’envoi de devoirs corrigés.

Comment évaluer la durée d’une FOAD ?

En présentiel comme en FOAD, l’organisme de formation estime la durée moyenne nécessaire à un stagiaire pour atteindre les objectifs pédagogiques en tenant compte de plusieurs éléments et notamment les objectifs pédagogiques à atteindre et les prérequis (pédagogiques, technologiques…) des apprenants.

Pour la FOAD, la durée estimée de la formation peut être déterminée à l’issue d’un test de positionnement ou correspondre à la durée moyenne nécessaire calculée pour des apprenants ayant les prérequis déterminés par le prestataire. Dans tous les cas, l’organisme de formation devra pouvoir justifier du temps moyen au regard des éléments de contextualisation.

Evaluer ce contenu :

E-learning et autres formations ouvertes et à distance
4 (80%) 2 votes

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire