Interview

Stéphane Lormeau, Eliraweb : "Nous cultivons un esprit start-up"

TPE de 10 salariés située dans la région de Poitiers, la société Eliraweb a été classée parmi les 500 entreprises les plus dynamiques de France par Les Échos. Son fondateur et co-gérant, Stéphane Lormeau, nous explique les raisons de son succès.

Stéphane Lormeau, Eliraweb :

Votre entreprise édite 3 sites internet : Turfomania, sur les courses hippiques, Banques-en-ligne.fr, 1er comparateur de banques en ligne, et Eliracash, un site de remises en ligne pour les consommateurs. Comment êtes-vous arrivé à cette diversité d’activités ?

Avant de créer mon entreprise, je travaillais au Crédit agricole, où j’avais une activité informatique. En dehors du travail, j’ai toujours été un fan de courses hippiques. J’avais donc créé un blog, Turfomania, dès 2003. Quelques années plus tard, le blog fonctionnait très bien et j’ai décidé de me lancer en tant qu’auto-entrepreneur en parallèle de mon emploi salarié. Puis en 2007, j’ai quitté le Crédit agricole et je me suis consacré à 100 % à mon entreprise. Quelques mois plus tard, j’ai créé le site banques-en-ligne.fr car le secteur bancaire m’intéressait toujours. Et quelques années plus tard, en 2015, j’ai créé Eliracash. Mais mon métier, c’est l’internet. C’est comme un éditeur de livres, il peut publier à la fois des livres scientifiques et des romans.

Vous vous revendiquez comme un représentant de la French Tech à la campagne. Comment cela se traduit-il ?

Nous sommes situés en pleine nature, dans la périphérie de Poitiers. Nous cultivons un esprit start-up avec un fonctionnement à la Google : nous avons une piscine pour les salariés, nous proposons un plan d’intéressement. Concernant les horaires, toute l’équipe part à 17h. Nous pensons que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est très important. Par le passé, j’ai fait un tour du monde avec ma famille. J’ai adopté l’état d’esprit australien : nous avons la culture du résultat et pas celle du nombre d’heures travaillées.

Le résultat semble en effet fonctionner puisqu’Eliraweb a été classée parmi les 500 entreprises les plus dynamiques de France !

Oui nous avons adopté une méthode agile qui nous permet de connaître une croissance importante. Notre équipe est soudée et fonctionne bien ensemble.

Les mesures que vous avez mises en place pour le bien-être des salariés sont-elles de critères de fidélisation des salariés ?

Nous avons certains salariés qui sont là depuis longtemps, qui s’y sentent bien et qui souhaitent rester. En revanche, quelqu’un qui doit partir part. Dans le secteur de l’informatique, le turnover est assez fort. Certaines personnes ont des projets de vie plus nomades et il est impossible de les retenir. Et le recrutement est difficile. Souvent, à formation égale, on note des différences de compétences. De plus, nous cherchons des gens passionnés, qui mettent du cœur dans leur métier. Notre situation géographique fait que nous avons accès à un marché plus restreint, mais d’autre part nous avons la qualité de vie. Aujourd’hui, nous pouvons envisager le travail à distance : l’un de nos salariés vit à Saint-Brieuc par exemple. Mais globalement, c’est très difficile de recruter des talents.

 

Propos recueillis par Sophie Roy

 

Evaluer ce contenu :

Stéphane Lormeau, Eliraweb : « Nous cultivons un esprit start-up »
Evaluer ce contenu

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire